FODIP UEMOA
Bénin

L’ANatt et le CNF lancent l’assaut de la professionnalisation du secteur (Thomas Agbéva : un cadre impliqué à fond dans la dynamique des réformes sous Talon)

Campagne de sensibilisation des acteurs de la chaîne des transports routiers et vulgarisation des textes dans l’espace Uémoa

L’ANatt et le CNF lancent l’assaut de la professionnalisation du secteur

(Thomas Agbéva : un cadre impliqué à fond dans la dynamique des réformes sous Talon)

L’Agence nationale des Transports Terrestres (ANatt) que dirige Thomas Agbéva fait partie des entités publiques qui enchaînent de belles performances. Cette structure d’Etat qui a pour mission la réglementation du transport routier et ferroviaire, la délivrance et le contrôle des titres de transport, des autorisations de transports et de la coordination du fret routier s’engage dans une nouvelle dynamique ceci, pour le bonheur des différents acteurs intervenants sur la chaîne des transports au Bénin.

L’avènement de Thomas Agbéva à la tête de l’Agence Nationale des Transports Terrestres (ANatt) sonne le glas de la bureaucratie. Convaincu de ce que le sous-secteur des transports connaît une animation à nulle autre pareille, le Dg/ANatt s’inscrit dans la dynamique des réformes. Le travail de terrain est l’option définie pour plus de performances. Entouré d’une équipe très jeune, dynamique et très engagée, chez qui la matière grise existe à profusion, le dg ANatt offre désormais une grande visibilité à la structure qu’il dirige. Le nouveau management mis en place coïncide avec l’ère des réalisations de bon aloi. Le dernier cas en date est la campagne de sensibilisation organisée à l’endroit des acteurs de la chaîne des transports routiers suivie de la vulgarisation des textes dans l’espace Uémoa. Cette initiative menée conjointement par la direction générale de l’Agence Nationale des Transports Terrestres (ANatt) et le Comité National de Facilitation de Transport et de Transit Inter-Etat (CNF) vise, dans un premier temps, à mettre tous les acteurs du secteur des transports au même niveau d’information et ensuite les conscientiser sur leur changement de statut à savoir leur professionnalisation. La campagne s’est déroulée sur deux étapes : La première s’est a eu lieu du 16 au 20 septembre dans la partie Sud du Bénin, notamment dans les départements du Zou, du Mono et de l’Ouémé. La deuxième qui s’est déroulée du 30 septembre au 04 octobre dans la partie Nord a pris en compte les départements du Borgou, de l’Alibori et de la Donga. Elle a permis aux acteurs de la chaîne des transports au Bénin, d’être suffisamment imprégnés des nouvelles règlementations de transport au sein de l’espace Uémoa, notamment les formalités d’usage, l’immatriculation des véhicules, l’obtention des plaques honorifiques, l’autorisation des véhicules à vitre teint, l’application effective du Règlement 14 de l’Uémoa, relatif à la charge à l’essieu des véhicules lourds etc.

Quelques réformes phares à l’actif du Dg Thomas Agbéva

Aussi, à l’actif du bilan du Dg Thomas Agbéva, on retient les réformes telles que : la simplification de la procédure d’immatriculation des véhicules des corps diplomatiques et assimilées en République du Bénin, l’effectivité du paiement des frais d’immatriculation des motos avant dédouanement par les importateurs depuis septembre 2017, l’organisation des campagnes foraines de collecte des dossiers d’immatriculation des véhicules à deux roues, des tricycles et des quadricycles à moteur dans toutes les communes du Bénin, la création et la mise en service d’un d’une cellule informatique dédiée au traitement des dossiers d’immatriculation des véhicules à deux roues, des tricycles et des quadricycles à moteur, la réduction substantielle du délai d’immatriculation des véhicules à quatre roues et plus avec possibilité d’immatriculation en moins de 48 heures, la pré immatriculation des véhicules à deux roues par les importateurs depuis septembre 2017, le dédouanement est désormais subordonné au paiement préalable des frais d’immatriculation par les importateurs des véhicules à deux roues, etc.

Sur un autre volet, notamment la facilitation des transports et transit routiers inter-états, l’ANatt a décrété une veille permanente sur toutes les barrières non réglementaires supprimées sur les différents corridors à travers l’application du décret n°2013-546 portant règlementation des postes de contrôle routier. Dans la foulée, l’ANatt par le biais de son directeur général a organisé des séances de sensibilisation sur le décret portant règlementation des postes et contrôles ainsi que l’application effective du Règlement 14 de l’Uemoa, relatif à la charge à l’essieu des véhicules lourds, sans oublier des séminaires de formation et de sensibilisation au profit des maires et des hommes en uniformes intervenant dans les contrôles routiers. Il faut également noter de nombreuses transformations au niveau de la gouvernance administrative et financière de la structure. Elles concernent l’amélioration rationnelle des procédures administrative, comptable, financière et matérielle ; l’élaboration et l’approbation de la convention collective du personnel ; du plan de recrutement pluriannuel 2018-2022 ; du code d’éthique et de déontologie, du plan stratégie et développement ; d’un système informatisé de gestion des immobilisations ; les mesures de renforcement du capital humain ; le renforcement du contrôle des transports en circulation en collaboration avec les forces de l’ordre ; etc.

Actions en perspectives
Au titre des réformes en perspectives à l’ANatt, on peut citer l’option d’une nouvelle forme carte de permis de conduire plus sécurisé ; l’instauration d’un système de macaron sur les véhicules et pouvant permettre de distinguer les nouveaux impétrants de permis de conduire des anciens ; l’identification et l’aménagement des sites pour la phase pratique des examens de permis de conduire ; la construction et l’équipement de bloc de salles d’examen de Cotonou et au niveau des nouvelles annexes ; l’actualisation de l’arrêté portant condition d’exercice de la fonction d’examinateur en limitant l’âge d’exercice de cette fonction à 70 ans.

Par ailleurs, l’ANatt entend œuvrer également à la libéralisation totale de la fourniture des intrants d’immatriculation, à la mise en place d’une Plateforme Unique d’Indentification et de Contrôle des Véhicules (PUNICOV), à la mise en œuvre d’un système d’interconnexion stable entre la structure, la douane et l’interpol afin dé créer les conditions de l’atteinte de l’objectif de 24 heures pour le traitement des dossiers d’immatriculation des véhicules à quatre roues et plus, la poursuite de la campagne foraine d’immatriculation des véhicules à deux roues, des tricycles et des quadricycles à moteur. En ce qui concerne la facilitation des transports et transit routiers inter-Etats, l’ANatt se propose de faire des principaux corridors du Bénin, des corridors intelligents et de rendre le réseau routier plus moderne et adapté aux nouvelles technologies.

Par la même occasion, en se dotant d’un site internet, l’ANatt envisage apporter des réponses concrètes aux questions-clés issues de l’activité des transports terrestres, regroupant un ensemble d’informations et de données statistiques essentielles pour la connaissance du domaine des transports. Il s’agit d’une tribune des renseignements sur les services publics qu’offre la DGTT à travers son organisation, l’offre et la demande de transport, les titres de transports, les autos-écoles, les infrastructures de transports routiers et ferroviaires, le fret routier, les tarifs de transports de voyageurs, etc. Une initiative qui fait forte sensation, vu l’adhésion populaire qui s’observe.

Related posts

La Cour déclare la requête de Me Robert Dossou irrecevable

admin

SOS Méditerranée reprend la mer pour sauver les migrants

admin

L’ancien évêque de Wheeling-Charleston devra « réparer personnellement » ses torts

admin

Leave a Comment