FODIP UEMOA
Bénin

Jair Bolsonaro dénonce la « psychose environnementale » autour de l’Amazonie

[ad_1]

Le directeur de l’Institut national de recherche spatiale (INPE) du Brésil ne décolère pas. Et pour cause : vendredi 19 juillet, le président brésilien a accusé l’INPE de fournir à la presse des données « mensongères » et d’exagérer la déforestation de l’Amazonie. Ricardo Galvao, âgé de 71 ans et membre de l’Académie des sciences du Brésil, a répliqué pour défendre son institution, accusant Jair Bolsonaro de « lâcheté ».

La nouvelle offensive d’un président climato-sceptique contre la science

C’est à une attaque en règle contre l’INPE, chargé depuis les années 1970 de surveiller la déforestation de l’Amazonie, que s’est livré le chef de l’État brésilien, à l’occasion d’une rencontre avec des représentants de la presse étrangère à Brasilia. « Nous avons la sensation que les données que l’INPE a fournies à la presse sont mensongères, qu’elles sont au service des ONG », a-t-il déclaré.

Avec Bolsonaro, le champ est libre pour l’agrobusiness au Brésil

Climato-sceptique assumé, Jair Bolsonaro n’a jamais caché son peu d’intérêt pour l’Amazonie. Arrivé au pouvoir en janvier, il s’est empressé de confier le ministère de l’environnement à un proche du secteur agroalimentaire et de limiter les moyens d’action de l’Institut brésilien de l’environnement et des ressources naturelles renouvelables (Ibama).

À en juger par les données relevées par l’INPE, qui dépend du ministère de la science et de la technologie, ces actions, ainsi que le discours qui les accompagne, sont déjà lourdes de conséquences sur le terrain : l’INPE a enregistré une nette hausse de la déforestation au cours des derniers mois. Juillet n’est pas encore achevé, mais les analyses en temps réel de l’institut indiquent plus de 1 200 km2 de déforestation – du jamais vu sur un mois depuis le début de la publication de ces données en 2015.

Le président accusé de « lâcheté »

Face à la gravité de ces accusations, le directeur de l’INPE n’a pas tardé à réagir. Dans un entretien publié dimanche 21 juillet, Ricardo Galvao, à la tête de l’INPE depuis septembre 2016, a dénoncé ces attaques, y voyant avant tout un « manque de connaissance » du fonctionnement du système.

Il a par ailleurs rappelé la haute crédibilité de l’INPE et de ses scientifiques. « Il a fait preuve de lâcheté en s’exprimant ainsi. J’espère qu’il me convoquera à Brasilia pour expliquer les données et qu’il aura le courage de répéter ça face à moi, les yeux dans les yeux », a-t-il ajouté.

« La façon dont il s’est exprimé m’a vraiment effrayé. Il a proféré des accusations indues contre des personnes du plus haut niveau de la science brésilienne », a-t-il renchéri dans un autre entretien, accordé à la chaîne TV Globo.

Une « campagne contre le Brésil »

Malgré la colère de la communauté scientifique, Jair Bolsonaro persiste. « Nous vivons une véritable psychose environnementale. Il faut combattre la déforestation, mais ce n’est pas juste de faire campagne contre le Brésil », a-t-il affirmé dimanche 21, à la sortie d’une cérémonie religieuse.

Comme l’étaient les dictatures militaires, et comme le sont souvent les nationalistes latino-américains, Jair Bolsonaro est particulièrement sensible aux critiques émanant de l’étranger et, plus largement, à tout ce qui ne donne pas un visage positif de son pays.

Au Brésil, les catholiques divisés autour de la figure de Jair Bolsonaro

Devant les journalistes étrangers, il a ainsi assuré que la faim avait disparu dans son pays, alors qu’un rapport de l’ONU estimait en septembre que plus de 5,1 millions le nombre de personnes y souffraient de sous-nutrition. Il a également qualifié de « désinformation » les accusations selon lesquelles le Brésil serait le champion du monde de l’usage des pesticides. « Le Brésil est le pays qui utilise le moins de pesticides. Si nous vendions des produits empoisonnés, vous ne les achèteriez pas », a-t-il déclaré aux journalistes étrangers, sur un ton très « trumpien ».

[ad_2]

Source link

Related posts

En Ukraine, un parlement à l’aube d’un renouvellement inédit

admin

« Il n’y aura pas de changement immédiat », selon Alassane D. Ouattara

admin

La longue histoire du corps dans la religion

admin

Leave a Comment