FODIP UEMOA
Burkina Faso

Burkina Faso : « Dr Salifou Diallo, Le Prophète redoutable », le devoir de mémoire du journaliste Dieudonné Soubéaga

[ad_1]

À un mois de l’an II de la disparition de Dr Salifou Diallo, une des figures politiques les plus remarquées de ces dernières décennies au Burkina, le journaliste d’investigation et directeur de publication du journal d’investigation « L’Etalon Enchaîné », Dieudonné Soubéaga, a annoncé, via une conférence de presse, ce vendredi, 19 juillet 2019 à Ouagadougou, la sortie d’un livre-témoignage sur la vie politique de l’homme.

Le livre, intitulé « Dr Salifou Diallo, le Prophète redoutable », est un condensé des récits et des phrases-chocs de l’homme. L’auteur relève une pléiade de titrailles de la presse, lorsqu’il s’agit de parler de l’ancien président de l’Assemblée nationale, Salifou Diallo : « Gorba national ; Le meneur d’hommes ; Le fin tacticien ; Le spécialiste des coups tordus ; Le Machiavel de Ouagadougou ; Le gros bras de la politique ». L’auteur relève que chaque personne y allait de son imaginaire, quand il s’agissait de qualifier les actions politiques de Salifou Diallo.


C’est d’ailleurs avec ce regard et goût de style journalistique que l’auteur, Dieudonné Soubéaga, a fait le choix du titre de ce livre. Par ce titre, Dr Salifou Diallo, Le Prophète redoutable, l’auteur explique que les prises de position de l’homme sur les questions majeures de la vie de la nation montrent qu’il était clairvoyant. « C’est moi qui vous avais dit que Blaise (Compaoré) allait être président du Faso, en son temps. Aujourd’hui [en 2015], c’est moi qui dis que Roch (Kaboré) sera président du Faso », illustre-t-il, en reprenant ces propos de Salifou Diallo à la suite de leur démission du CDP.

« Avant l’accomplissement de la prophétie, il déclarait : ‘‘Si le président Blaise Compaoré et son Front républicain engageaient le processus de la modification de l’article 37 de notre Constitution, le peuple se mettrait en mouvement pour s’opposer à cette forfaiture’’. Effectivement, les 30 et 31 octobre 2014, le peuple burkinabè a balayé l’ordre ancien par une insurrection populaire », poursuit l’auteur.


Salifou Diallo, redouté, même par des membres de sa famille politique !

À en croire M. Soubéaga, Salifou Diallo n’était pas seulement redoutable et redouté par le monde politique externe ; il l’était également par des membres de son propre parti politique. « Il y a des gens qui ne respiraient pas au MPP quand ils voyaient Salifou Diallo, et qui ont poussé un ouf de soulagement à sa mort », confie l’auteur.

Pour les intérêts de sa chapelle politique et la survie du pouvoir de la quatrième République, Salifou Diallo posait des peaux de banane à ses camarades, appuie-t-il. « Il n’hésitait pas aussi à croquer de l’opposant, quand cela était nécessaire, pour la stabilité du pouvoir. Qualifier à tort ou à raison de torpille ou d’intrigant national, la bête politique Salifou Diallo a été le civil le plus influent de l’histoire politique du Burkina Faso, du Front populaire à l’insurrection populaire d’octobre 2014 », estime Dieudonné Soubéaga.


Dr Salifou Diallo, le Prophète redoutable ou le refus de l’oubli !

Ce livre-témoignage se veut, pour Dieudonné Soubéaga, un devoir de mémoire qui interpelle tous les Burkinabè. Il apparaît donc comme un refus de l’oubli d’un pan de la vie publique de l’ex-président de l’Assemblée nationale, ancien président du parti au pouvoir, le MPP. « Pour l’essentiel, nous partageons ses combats de justice sociale, son goût du risque en politique et son attention particulière à l’inconnu », adhère le journaliste d’investigation.

Dieudonné Soubéaga explique que lui et le défunt avaient de l’estime l’un pour l’autre. Leur premier contact remonte à 2004, lorsqu’il publiait un commentaire sous le titre : « Des gourdins pour Blaise Compaoré ». L’article faisait état d’une situation de crise opposant des militants du CDP (parti au pouvoir à l’époque) dans la région du Nord (d’où Salifou Diallo était considéré comme le leader politique).


Salifou Diallo va demander à le voir à son bureau pour, dans un premier temps, tenter de déstabiliser son analyse avant de, face à la sérénité du journaliste, se raviser. Depuis lors, ils se sont toujours fréquentés et ont discuté des questions qui engagent la vie de la nation. « Notre dernière conversation téléphonique avec le président de l’Assemblée nationale, Dr Salifou Diallo, date du jeudi 27 juillet 2017. Avec humour, l’homme, affectueusement appelé « Gorba national », vient aux bruits de la ville de Ouagadougou.

Avec le président Diallo, nous décortiquions la gouvernance politique de notre pays et la marche de l’opposition politique, prévue pour le 29 juillet 2017. Il nous invite à passer à son domicile le week-end, pour échanges approfondis. Nous lui posons un lapin pour des raisons personnelles. Ce rendez-vous manqué sera très regrettable pour nous », a-t-il confié avant de plonger dans l’actualité qui a accompagné la disparition de Salifou Diallo, survenue le 19 août 2017.


L’ouvrage « Dr Salifou Diallo, le Prophète redoutable », volumineux de 84 pages, sera disponible en mi-août 2019. La dédicace est prévue à Ouahigouya autour du 19 août 2019 (deuxième anniversaire de la disparition de l’homme).

L’auteur, qui projette de tirer 60 mille exemplaires (en référence aux 60 ans de vie du défunt), envisage également de vendre le livre à pas plus de 500 FCFA (si des soutiens à l’impression se manifestent) pour permettre à tous ceux qui le souhaitent de pouvoir s’en approprier.

Oumar L. Ouédraogo

Lefaso.net



[ad_2]

Source link

Related posts

Burkina : Le gouvernement annonce une enquête administrative après le décès de 11 personnes placées en garde à vue

admin

Education : L’excellence célébrée dans la commune de Ramongo

admin

Un exploitant agricole cherche un partenaire sérieux et un investisseur solide pour l’exploitation de deux espaces de cent ha chacune

admin

Leave a Comment